Il y a beaucoup d'avantages créatifs liés à l'écriture de fiction

Homme cherche femme

Simon Rich écrit des romans, des nouvelles et fut scénariste pour l’émission américaine Saturday Night Live. Son recueil de nouvelles Homme cherche femme traite, entre autres, de relations amoureuses et d’aliens.

Homme cherche femme présente une grande variété de personnages, humains ou non. Aviez-vous l’impression que concentrer vos histoires seulement sur des hommes et des femmes aurait été trop ennuyeux ?

J’ai passé des années à écrire des histoires hyperréalistes au sujet de mes propres expériences amoureuses. Mais elles finissaient toujours par être ennuyeuses (parce qu’elles s’inspiraient de ma propre vie ennuyeuse). C’était frustrant, parce que pour moi, sortir avec quelqu’un était le contraire d’ennuyeux : passionnant, effrayant et dément. Un jour, j’ai décidé d’arrêter d’écrire sur « la façon dont ça se passe vraiment » et j’ai commencé à écrire sur « l’impression qu’on en a ». C’était la genèse de ce roman. Quand ton ex-petite amie sort avec quelqu’un de nouveau, tu peux avoir l’impression qu’elle sort avec Hitler. Quand on parvient, d’une manière ou d’une autre, à draguer une fille dans un bar, on imagine qu’on mérite un appel du Président pour nous féliciter. Cela a donné l’ouvrage le plus étrange que j’ai écrit jusqu’à maintenant, mais également – ironie du sort – le plus personnel.

Vous écrivez également pour la télévision. Est-ce que l’écriture de fiction vous permet d’avoir plus de liberté et de contrôle sur vos créations ?

Il y a beaucoup d’avantages créatifs liés à l’écriture de fiction (l’absence de pubs est un sacré atout). Mais la télévision me permet d’utiliser beaucoup plus d’outils : de la musique, des effets spéciaux, et, plus important encore, des acteurs qualifiés qui rendent mes répliques médiocres plutôt décentes. Je me sens très chanceux de pouvoir utiliser ces deux supports.

Dans plusieurs histoires, les relations amoureuses sont présentées comme quelque chose de formel qui est assigné par contrat ou, pire, sous la forme d’une peine de prison. Pensez-vous que cela serait plus facile ainsi ?

Les mariages « d’amour » sont un phénomène relativement récent. Dans la plupart des cultures pré-modernes, on choisissait un partenaire pour vous. C’est pour cette raison qu’il y a beaucoup d’enjeux quand on sort avec quelqu’un de nos jours. Si ça foire, c’est de ta faute !

Vous semblez avoir un talent particulier pour imaginer les relations entre aliens, robots, animaux… Aimeriez-vous que Homme cherche femme soit le prochain message à être envoyé dans l’espace en tant que représentation de l’amour – ou son absence – sur notre planète ?

Je pense que ça donnerait lieu à des aliens plutôt blasés. On devrait garder ce livre entre nous, humains.

Dans les remerciements, vous écrivez qu’une des influences les plus importantes est l’album 69 Love Songs des Magnetic Fields, groupe auquel vous faites d’ailleurs référence dans une des histoires. Y-a-t-il des romans traitant des relations amoureuses que vous pourriez recommander ou qui vous ont influencé pour l’écriture de ce livre ?

Oui ! Ces ouvrages ont été d’une grande influence sur le recueil :

Le Guide du Voyageur Galactique de Douglas Adams
Après la Peste de TC Boyle
Carrie de Stephen King
Le Procès de Franz Kafka
L’amour c’est l’enfer de Matt Groening

J’ai également copié sur ces auteurs, autant que possible : Kurt Vonnegut, Roald Dahl, Shirley Jackson, Ray Bradbury, Donald Barthelme et Martin Amis.