Lus sur le Web

Ajouts Récents

Ordre

Ajouts Récents

Date de Publication

 

Période

Tout

Ce Mois-ci

Cette Semaine

 

Catégories

Tout

Roman

Policiers & Mystères

Thrillers

Fantasy

Science Fiction

Biographie & Autobiographie

La belle Italienne

C’est donc un joli coup de cœur pour ce roman touchant, captivant, sensible et fort à la fois, émouvant, à la plume délicate et envoutante. Une pure réussite.


La Maison des morts

[...]la plume est très simple et légère. Le récit se lit donc très facilement. En revanche, vos émotions seront sans doute mises à rude épreuve, car certaines scènes sont très émouvantes.


Si la lune éclaire nos pas

En résumé, cet exode d’une mère à la volonté de fer et de ses enfants est palpitant.


J'agonise fort bien, merci

Sans comparer l’auteure Oren Miller à celui qui a inventé Sherlock Holmes, disons que certains aspects vont vous le rappeler dans quelques éléments, notamment le duo d’enquêteurs.

Car J’agonise fort bien merci recréé un schéma à la Holmes et Watson, ou encore Poirot et Hastings, mais ne se contente pas de suivre un chemin balisé.


Pas de deux

Fragments d’histoires, fragments de personnages et fragments d’un récit qui transcende ce qui est raconté, par cette prise de parole multiple qui est opérée. En quelques cent pages, Pas de deux s’arrête à un large spectre de sujets, [...].


Un mariage contre nature

Ce roman nous emporte avec lui dans un véritable voyage, un voyage où l’on imagine le bleu lagon des caraïbes, les couleurs éclatantes des fleurs, la chaleur aride et écrasante des après-midi.


Les dégénérés

Le roman touche. C’est bien l’essentiel. Il touche, par la description fort réussie de l’angoisse omniprésente d’un enfant en proie à la vulgarité d’une famille à la fois envahissante et absente, préoccupée par toutes sortes de billevesées sociales, mais inapte à l’amour.


La Vie idéale

Jon Raymond est un extraordinaire portraitiste et un styliste qui travaille la matière du texte en y mêlant psychologie des personnages et traitement des passions de son temps.


La Vie idéale

La vie idéale, par bien des aspects, traite très justement de cette envie que ressent de plus en plus de monde aujourd’hui : retrouver l’essentiel, reconstituer ces liens rompus avec la terre, savoir très exactement de quoi est constitué notre assiette.


On n'est jamais bizarre sur Internet (ou presque)

You’re never Weird on the Internet (Almost) parle avec honnêteté et humour d’une génération qui a grandi hors des sentiers battus grâce à Internet, [...].


Têtes de dragon

Têtes de dragon fait partie de ces polars ou romans noirs dans lesquels l’auteur s’appuie pour bâtir son récit sur l’histoire, l’actualité, ainsi qu’une documentation solide.


Galilée

Galilée a cela de surprenant que le roman se lit comme une sorte de soap opera revu et corrigé par un esprit très porté sur la cruauté, voire le sadisme.


Orchidée de sang

Orchidée de sang est un livre, non pas difficile d’accès, mais qui demande quand-même au lecteur de s’abandonner dans la prose hallucinée de l’auteur.


Journal d'un vampire en pyjama

Poétique, poignant, le roman se dévore… en écoutant l'album évidemment !


Maman est en haut

En observatrice fine des rapports humains, d'une plume bienveillante et légère, Caroline Sers plante des personnages sensibles dans un décor familier. Elle les laisse vivre leur vie, approfondissant la réflexion sur les interactions intimes et le temps qui passe.


La Repasseuse

Bénédicte Lapeyre a eu raison de se pencher sur ce métier qui en l’apparence n’a pas l’air très intéressant mais qui est révélateur de l’évolution de la femme et de la société au 20è siècle.


La Mort nomade

Ian Manook ajoute dans ce roman une note géopolitique plus accrue encore que dans les deux précédents et nous montre un Yeruldelgger, bien que fatigué, mais profondément attaché à ses traditions et à son pays.


Le Bazar des mauvais rêves

Qu’il flirte avec le genre Fantastique, avec le suspense énigmatique, ou qu’il nous décrive un épisode du quotidien, Stephen King fait toujours mouche.


Demain les chats

Avec un style très accessible qui me fait penser que ce livre peut se lire de 7 à 177 ans, Bernard Werber nous parle de communication, de peur et de fascination face aux différences, d’ouverture sur les autres.


Demain les chats

Malheureusement parfois très en écho avec notre propre quotidien, le Paris guerrier et dévasté dépeint par l’ancien journaliste du Nouvel Observateur, est décrit avec amour et humour.