Lus sur le Web

Fantasy / Derniers Ajouts

Ordre

Derniers Ajouts

Date de Publication

 

Période

Tout

Ce Mois-ci

Cette Semaine

 

Catégories

Tout

Roman

Policiers & Mystères

Thrillers

Fantasy

Science Fiction

Biographie & Autobiographie

L'Éveil du démon

Cette pléiade de personnages, tous bien décrits, bien construits, déroule une histoire qui tient en haleine quoi qu’il arrive. Salvatore ne trahit ni son public ni le genre dans lequel il excelle, [...].


Le Dernier Vœu

C'est entre le conte et le roman d'action. Les descriptions, parfois nombreuses, ne font qu'enrichir le roman et l'action.


La main de l'empereur

La découverte est peut-être meilleure dans l'ordre chronologique.

En tous cas, dans l'ordre ou dans le désordre, jetez-vous dessus, c'est excellentissime!


Le Dernier Vœu

Son univers, très riche, met en avant une réelle culture médiévale ; et d’une façon vraiment surprenante va se consolider via une utilisation des contes auquel on ne s’attendait pas forcément.


Le Guerrier de la déesse

Solide et amusant, ce “petit” roman misant sur de l’aventure musclée mais aussi décontractée devrait vous divertir et vous faire passer un bon moment.


Mage de guerre

C’est du gritty canada dry : ça en a l’air, mais ça n’en est pas, car il en manque deux composantes essentielles : l’ambiguïté morale et la complexité psychologique des personnages d’une part, et le côté crépusculaire (de fin d’un monde) et cynique d’autre part.


L'Œil du monde

Elle dépasse de loin en qualité beaucoup d’oeuvres de la grande Fantasy.


Abandonné des dieux

Complots, querelles politiques, scènes d’action et batailles sanglantes sont au menu de ce roman pas inoubliable mais néanmoins très efficace, que l’on soit ou non familier de l’œuvre de Barclay.


La Saison des orages

La question que les fans de la saga du Sorceleur se posent évidemment est : « Est-on là face à un livre digne de la licence ? ». La réponse est positive, même si certains pourront toujours pester sur des description parfois imprécises.


Archimage

Cette aventure plaira donc surtout aux fans de Drizzt qui ne s’en sont pas encore totalement lassés, [...].


La Voie des ombres

Brent Weeks se montre d’une efficacité redoutable dans l’écriture des scènes d’action et du suspense en général, le livre se lit très vite malgré ses 550 pages bien tassées, tout va à un rythme effréné et il n’y a pas un temps mort.


La Voleuse sans ombre

Le plume de l’auteur ne manque pas de charme et, au final, son principal atout, c’est qu’elle a réussie à mettre en place une ambiance qui fait qu’on reste quand même accroché à ce livre.


Lame de Feu

Si vous voulez suivre une bande de nains dans une quête aux scénarios des plus banales, ce roman se laisse lire, à condition que vous n’en cherchiez ni l’originalité, ni du suspense, ni bouleversements et autres imprévus.


Les Filles de l'orage

Ce qui fait toute la différence entre le roman de Kim Wilkins et la partie ultra-marketée de la fantasy, c’est avant tout la conviction dont l’auteure fait preuve envers son histoire, et une narration de qualité, d’une belle fluidité, mais jamais simpliste.


Mage de guerre

Le ton est globalement sombre, violent, parfois gore, mais avec une lueur d’espoir et de positif en fond.


L'Éveil du démon

L’Éveil du Démon peut sembler un peu incertain dans son rythme, les chapitres notamment ont du mal, surtout dans la première moitié, à s’enchaîner. Mais le lecteur aurait tort d’abandonner à ce niveau de lecture, [...].


Le Chevalier
Elbakin : Le Chevalier (24 avril 2016)

On a beau s’y attendre avec lui, Pierre Pevel a le chic pour peindre en quelques lignes de quoi redéfinir tous les enjeux de son intrigue. Et le procédé fonctionne toujours aussi bien, sans occulter pour autant les développements qui précèdent en jouant la carte du twist pour le twist.


Le Chevalier rouge

Le jeu des comparaisons : Le Trône de Fer pour l’aspect polyphonique et les jeux de pouvoir, Le Royaume d’Epines et d’Os pour l’opposition de la Nature à l’Homme, et une touche de La Compagnie Noire, parce qu’on suit une compagnie de mercenaires et parce que c’est un récit épique.


La Désolation

rkane tome 1 : la désolation se lit vite et bien. Beaucoup des qualités que l’on attend de ce genre de littérature sont au rendez-vous : des passages mouvementés et haletants, des descriptions savoureuses, des dialogues bien rythmés et, c’est à souligner, pas encombrants pour un sou.


Le Seigneur de l'Arc d'Argent

Très fluide et très riche, la plume de Gemmell se fait tantôt fine, tantôt violente. Mais toujours, elle parvient à décrire à merveille l'ambiance des îles grecques à l'Antiquité.